Poèmes « PICARDS »



Nou Sonme

Poème de Maurice Garet.
Auteur patoisant amiénois du début du siècle.
C'est une adaptation de la chanson de Gustave Nadaud :
"Si la Garonne avait voulu,..."

Si nou Sonme all avoait voulu min tchot fiu,
Quaind, tou tchotte, a so mis ein route,
Descheind' tout droét, chein qu'cho li coûte,
Et n' point s' décatorner d' sin c' min,
Cho airoét foait ein rud' cang' min.
All' airoét r' çu l' Seine ou liu d' l' Avre
Si nou Sonme all avoait voulu min tchot fiu,
Ch' est elle qu'airoait foait ch' port du Havre.

Si nou Sonme all avoait voulu min tchot fiu,
Quaind all o r' monté su Péronne,
Ell qu'a n' s' otchup janmoes d' personne,
Passer ch' Pas de Calais et pis ch' Nord,
Tchest-ce qu'airoét pu li donner tort ?
Bien miux qu' chés canals à moustiques,
Si nou Sonme all avoait voulu min tchot fiu,
All' airoét traversié l' Belgique.

Si nou Sonme all avoait voulu min tchot fiu,
Erjoind' Calais, la heut, sur s' droéte,
Ou que l'mer all est l' plus étroéte,
O n'auroét pu, ein moins dé rien,
V'nir ein batieu d' Londr' à Anmiens
Ch' airoét été ein conschienche,
Si nou Sonme all avoait voulu min tchot fiu,
Conme ein tunnel au d' sous de l' Mainche.

Mais nou Sonme a no mi voulu min tchot fiu
Foér el fier, conme einn' gein d' la heute,
Ein allaint priend' el plach' dé z' eutes ;
All anm' bien trop sin tchot traintrain,
S'hortillonnages, ses viux molins,
All airoét tort d'et' pu hardi,
Non, nou Sonme' a no mi voulu min tchot fiu
Quitter ch' boin Pays d' Picardie.



Ch'Martché sul' l'ieu d'Anmiens

Poème de Cécile Crimet.
Le poème évoque le marché, au coeur du "Vieil Amiens"
où les hortillons venaient, tous les matins, vendre leur récolte.

Quaind ech' solé i s' ieuv' su nou Sonme eindormie,
Ch' est conme ein miroétmeint qui foait frichonner l' ieu,
Ch' est l' heur' qu' al o coési', nou heute flèche anmie
Por s' élaincher da ch' temps tout conme ein mât d' batieu.
V'lo l' jornée qu' all c' meinche por éch martché sul' l' ieu.

marché sur l'eau
marché sur l'eau
(Vers 1919).

marché sur l'eau
marché sur l'eau
(Vers 1906).
(Vers 1917).

Vue prise au niveau du pont de la Dodane (vers 1917).

Ed' zous chés vout' s' d'éch' pont, chés grainds cornets z'arriv'nt
S'égrainnant ein par ein conm' chés perl's d'ein cap' let.
Ein ermuant leu perch' por z'écarter d' chés rives,
Chés z' hortillons ravuqu' nt ech' fusieu d' nou clotcher.
Pou l' Sonme ch' est dimainche quaind ch' est jor ed' martché.

Chés batieux anlignés, el plache all'foait s'toilette
Avuc tous chés trésors répaindus à foéson...
Lédjeumes et pis boutchets, o croéroait einn' palette,
Qu'o z'ercolor, sains cess' tout l' long d' chés quat' saisons.
Mais, chés radichelles... all' sont por nou blason.

D'einn' hortillonn' à l'eut', o z'aspire, o marcainde
D'el boénn terr' norricièr' tous chés pus bieux produits.
D'ech' patoés d' nou tayons, chés mouts ein sarabainde
Mett'nt einn' note ed' djaité de nou teimps d'aujord'hui
Ch'est tout ch' passé qui veille sur éch' préseint qui fuit.

Tous chés mand's reimbartchés sitout l'veint' terminée,
O dit : déjo fini. Mais feut s' foaire einn' raison
Dal' l'ieu, l' flèch' a r'met s' n' omb, setchulaire destinée
Tandis qu' chés batieux glich'nt douch' meint vers leu moaison
D'Anmiens ch' étoait l'marvelle ch' martché d' chés hortillons.



Em' vieil'e armoére

Poème de René Vignon.
Il est écrit dans le patois de la vallée de la Nièvre
affluent de la Somme situé à l'Ouest d'Amiens.

Tous ches armoér's n' sont point pareil's :
Ech' toll' eq' j'ai dains min forni,
Ch'est seur qu' all' doét êt'e eussi viell'e
Eq' Mathusaieim, ej' vo l' dis.
All' o s' carcass' foait' toute ein t' chienne,
Pis ses eintraill's ein bo d' noéyer,
Tou cho ch'est mié par ches caleinnes,
Seuf ches briqu's qui li sert' nt ed' pieds.
Quand on l' l' ouv', feut vir comme alle oingne :
On diroait qu' on li foait du mo,
Ch' croés bien qu'a n' veut point qu'on l' capeingne,
Qu' volez vous, ches viux ch' est comm' cho.
Dains m' vieill'e armoér' ch' est plan d' viéz' ries,
Viez' ries qui vienn'nt ed' mes pareints,
Por ein eut' cha s' roait dé l' raid' rie,
Cha n'est point min teimpérameint.
Mouchoérs, caracos, accorchures,
Gartié's, lachets, deintell's, coeuchures,
Boét's à z'épiul's, boét's à boutons,
V'lo ch' qualle o m'n armoér' dains sin gron.
Dé m' n arriér' tant' Léocadie
J'alloais oublier sin capieu :
Tout ch' qu' l' resté dé s'vieill' folie,
Aveuc ses c' riss' s pis sin mounieu.
Croéyez mé, dé ch'fond dé m' n' armoére
I' s' saque in flair dé ch' boin viux temps,
I' feut n' n' avoér inn' por el' croére,
Dé l' seintir : j' n' ein s' rai jamoais r' crand.



Quante o vieillit

Poème d' Eugène Chivot.

Ch' est un malheur quante o vieillit,
Même a finit qu'a vos dégoûte,
Qui m' dit, un jour, Pér' Pich' Trouos Gouttes
Comm' ol' l'appell' dins nos poéyls.

Ch' qui m'arriv' éch' n'est mie d'em' feute,
Trouos goutt' au coup, ch' n'est point gramint.
Aveuc ém' brutchette éd' gamin,
J' pichouos portant pus heut qu'éz-zeutes;

Bien pus heut pis pus fort étou.
In-n'hui, ch' n' est qu' des éclaboussures :
Trouos pieut' lérm' édsus mes queuchures
Et pis coére éj' n' voés point l' bout.

Yérouot d' quoi s' in foute in colére
Quante i feut dire équ' chés boutons,
Pour mes douogts gouj', tojours i sont
Gramint pus gros qu' chés boutongnéres.

Etou, a s' tue à m' répéteu,
M' brav' vieill' grand mère à calipette :
Jul', voéyons, boutonne ét' bréyette,
Tin moégneu i va s'involeu.

N'ya mie d' dangeu : la bagatelle
Il l'a oblié d' pis longtemps ;
Al' lé sait bien, grand' mér', portant
Qu' ch' est un moégneu qui n'a pus d'ailes.

Un paur lirot qui n-n'a trop d'li,
Qui s' chitte alleu, qu'a la tremblotte :
Trouos goutt' au coup dins mes tchulottes
Pis tout' in deurmant, dins min lit.

Vla ch' qui m'a dit Pér' Pich' Trouos Gouttes,
Comm' ol' l'appell' dins no poéyis :
Ch'est un malheur quante o viéillit,
Même a finit qu'a vos dégoute...



Retour SOMMAIRE